Des marchands sur liste noire

— 

Sur le papier, il s'agit d'un métier légal. Les vendeurs de listes sont des professionnels qui proposent à leurs clients des listes de logements censés correspondre à leurs recherches. Mais dans une enquête auprès de 18 points de vente dans 11 villes, l'UFC-Que Choisir révèle certains pièges et a décidé mardi de porter plainte pour « pratiques commerciales trompeuses » contre 15 enseignes, dont 2 en Ile-de-France (Casa Immo et Ancea). Car pour l'UFC, elles ne vérifient pas forcément les infos et proposent une description floue avec des biens non-conformes ou indisponibles au moment de la prise de connaissance de la liste. Pire, le loyer peut être 50 % supérieur à celui désiré. Enfin, la demande de paiement préalable avant même d'avoir vu une liste est illégale. « La DGCCRF (répression des fraudes) doit agir. Il y a eu une première salve de répressions menée par Apparu en 2010, mais son action est restée sans suite. Nous allons proposer des paragraphes dans les projets de loi de la consommation de Hamon ou dans celui du logement de Duflot », affirme l'UFC.B. de V.