Ecolo et gratuit, le métro de Roissy se dessine

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

C'est l'un des grands projets d'Aéroports de Paris (ADP). Trois ans après le premier coup de pioche, le chantier du métro automatique de l'aéroport de Roissy – nom de code CDGVAL – est en train de voir le bout du tunnel. ADP va commencer dans quelques jours les essais en mouvement des rames, phase qui devrait durer plusieurs mois. La « marche à blanc » (ouverture sans public) se fera en octobre et la mise en service est prévue pour décembre. 20 Minutes présente en exclusivité la première image de ce métro, destiné aux 53 millions de passagers annuels et aux 80 000 salariés de l'aéroport. Une vraie révolution pour Charles-de-Gaulle, qui ne brillait pas jusqu'à présent par la qualité de ses déplacements internes. Gratuit, il reliera les trois terminaux, ainsi que les gares RER-TGV et les parcs de stationnement longue durée. Avec une vitesse de pointe de 70 km/heure, il parcourra le trajet de 3,5 km en huit minutes, contre vingt-cinq actuellement en bus. La fréquence sera d'un train toutes les quatre minutes. Ce service sera proposé tous les jours, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. D'une capacité de 2000 passagers par heure, la ligne sera équipée de sept rames. Le coût total du projet s'élève à 155 millions d'euros.

CDGVAL se veut enfin un moyen de transport propre. Entièrement électrique, il remplacera, en grande partie, les navettes actuellement en service. Des aménagements paysagers ont aussi été créés tout au long du parcours. Histoire de déstresser les passagers en transit qui doivent courir d'un terminal à l'autre.

Mickaël Bosredon