Discriminations : quatre discothèques poursuivies

©2006 20 minutes

— 

Une telle procédure, courante en province, est lancée pour la première fois contre des boîtes de nuit parisiennes. Le parquet de Paris a annoncé jeudi qu'il comptait poursuivre le Queen, le Milliardaire, le Man Ray et le Club 79 (8e) pour « discrimination à l'entrée », après une plainte déposée en juillet 2005 par SOS Racisme. L'association venait d'organiser, comme elle a coutume de le faire depuis 1999, une nuit de testing. « Chaque année, nous déposions des plaintes. Mais aucune enquête n'était ouverte et elles étaient classées sans suite », assure Samuel Thomas, vice-président de SOS Racisme. Sept employés, videurs ou physionomistes, et leurs entreprises seront jugés pour avoir refusé à des personnes l'accès à un lieu accueillant le public, en raison de leur appartenance « vraie ou supposée à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». L'audience a été fixée au 10 mai 2007. « Nous espérons que les patrons seront condamnés, et non leurs employés, comme c'est souvent le cas », ajoute Samuel Thomas.

Au Club 79, le gérant se dit confiant pour la suite. « Notre seule discrimination est comportementale ou vestimentaire, assure Christophe Neny. On accueille des publics noirs, jaunes, verts ou orange, y'a pas de soucis. »

Magali Gruet

Une autre plainte a été déposée contre deux boîtes de nuit de Bastille : la Scène et le Back Up. En province, des peines ont été prononcées dans une vingtaine de villes.