Conseil : les marchands chamboulés

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les 142 vendeurs ambulants parisiens vont être fermement repris en main par une entreprise privée. Hier, la Ville a voté une délibération visant à confier à une délégation de service public la gestion de ces marchands non sédentaires, qu'elle administrait auparavant en direct. Son but : rentabiliser l'espace public en revoyant le fonctionnement de ces vendeurs de glaces, gaufres, crêpes ou souvenirs installés près des principaux lieux touristiques. Le cahier des charges de ce marché est en cours d'élaboration, mais la Ville a déjà en tête la majeure partie des changements à effectuer.

« Nous allons revoir le montant de leur redevance à la hausse, indique Marie-Pierre Martinet (Verts). Aujourd'hui, elle est fixée à 8 % de leur chiffre d'affaires déclaré, ce n'est pas assez comparé à leur chiffre d'affaires réel ! » Ce dernier est estimé entre 250 000 e et 300 000 e par an. La Ville compte uniformiser les horaires d'ouverture et de fermeture de ces stands, « qui sont tentés de n'ouvrir que quand ça rapporte le plus, ajoute Marie-Pierre Martinet. Ils devront désormais offrir un véritable service public. » L'entreprise choisie pour gérer ces vendeurs devra également s'engager à mettre en place des normes d'hygiène et de sécurité plus strictes et à organiser des contrôles. Elle devra proposer « un mobilier urbain neuf, uniforme et de qualité » pour ces stands, afin qu'ils soient identiques et reconnaissables à travers tout Paris.

La Ville gardera cependant la main sur l'attribution des emplacements. Elle compte mettre un terme à la pratique qui voulait que « les autorisations aient été renouvelées sans véritable autre critère que celui de l'ancienneté de la demande des mêmes bénéficiaires. Ils se sont peu à peu approprié l'espace public, au détriment de postulants porteurs de projets plus valorisants pour le domaine public parisien. » La réglementation applicable aux forains qui détiennent des manèges devrait de son côté faire l'objet d'une révision complète.

Magali Gruet