Les comptes de la Ville examinés à la loupe

— 

Ce mardi, le Conseil de Paris se penche sur les comptes de la Ville. Un budget 2011 marqué par une augmentation des droits de mutation immobiliers et des recettes de stationnement. Parallèlement, les dépenses sociales ont grimpé de 65 %. « La plus importante de ces dépenses concerne l'aide aux mineurs étrangers isolés, qui a doublé entre 2008 et 2011 », explique l'adjoint (PS) chargé du budget, Bernard Gaudillière. En effet, 75 % de ces mineurs en France vivent à Paris ou en Seine-Saint-Denis. Dans ce domaine, la municipalité apprécierait un coup de pouce de l'Etat. D'autant que la question des « transferts non compensés » (l'absence de contrepartie financière après l'attribution de nouvelles compétences aux collectivités locales) reste brûlante. L'UMP accuse l'exécutif de ne plus réclamer le remboursement de cette dette de l'Etat de 1,3 milliard depuis que la gauche est au pouvoir… « C'est faux, il y a des discussions entre l'Etat et la Ville », répond la première adjointe (PS), Anne Hidalgo.H. C.