L'aquarium tropical lâche les crocodiles

©2006 20 minutes

— 

A l'aquarium du Trocadéro, les requins. A celui du palais de la Porte dorée, les crocodiles. Demain débute dans les sous-sols de l'ancien musée des Arts d'Afrique et d'Océanie l'exposition « Poissons et crocodiles d'Afrique : des pharaons à nos jours ». A travers des fossiles, des espèces vivantes de crocodiles et de poissons d'eau douce, des oeuvres d'art, dont certaines venant du musée du quai Branly, l'exposition cherche à montrer le poids culturel et économique que représentent les poissons dans l'histoire africaine.

Si elle ne verse pas dans le sensationnalisme, elle se révèle très instructive. Quelques spécimens sont étonnants, comme cette mâchoire d'hydrocyon, justement surnommé poisson-chien, ou ces « poissons-chats-girafes ». L'installation d'un crocodile nain et d'un bébé crocodile dans des aquariums permet de les observer de profil, ce qui est assez rare. Noyée au milieu de la collection tropicale permanente, l'expo, construite autour de la fameuse fosse aux crocodiles, permet enfin de redécouvrir l'aquarium.

Michel Hignette, son directeur, espère qu'elle aura le même succès que celle consacrée aux piranhas, il y a quelques mois. Avec cette nouvelle politique d'expositions pédagogiques, l'aquarium de la Porte dorée cherche à se diversifier, alors que l'aquarium du Trocadéro et son grand bassin des requins – qui commence tout juste à se remplir – vient d'ouvrir à l'autre bout de Paris (16e).

Mickaël Bosredon

Exposition organisée avec l'Institut de recherche pour le développement et la réunion des musées nationaux, jusqu'au 31 décembre, 293, avenue Daumesnil (12e). Tarif : 5,70 e. www.aquarium-portedoree.fr