«Vus de Shanghai, Paris et l'Ile-de-France, c'est la même chose»

©2006 20 minutes

— 

L'UMP va en faire un des thèmes majeurs de sa campagne pour les municipales. Paris serait en perte de vitesse économiquement, notamment par rapport aux autres grandes métropoles européennes. L'équipe de campagne de Françoise de Panafieu l'a rappelé hier, fustigeant un Bertrand Delanoë qui aurait « totalement délaissé ce secteur ». Des affirmations en totale contradiction avec un récent rapport d'Ernst & Young, qui montre qu'en 2005, Paris-Ile-de-France, avec 194 implantations d'entreprises étrangères sur son territoire, devance Londres (177). La région occupe ainsi la première place au classement des métropoles européennes les plus attractives. Ces implantations auraient permis la création de 5 700 emplois. « Pipeau !, s'est insurgé hier Pierre Lellouche. C'est de la désinformation de la part de Delanoë. Cette étude a été menée sur toute l'Ile-de-France, pas sur Paris. Or ces entreprises s'installent en banlieue, pas dans la capitale. » « Vus de Shanghai, Paris et l'Ile-de-France, c'est la même chose, argue Christian Sautter, adjoint (PS) à l'Economie et aux Finances de Bertrand Delanoë. Paris n'est pas entouré de murailles. Quand la région perd de l'emploi, Paris en perd aussi. Et inversement.»

Un point de vue que ne partagent pas les opposants UMP, qui voient à Issy- les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), par exemple, « une vraie politique de développement » alors que Paris « se réfugie dans la muséification ». « La politique menée par André Santini (UDF) à Issy dure depuis vingt-cinq ans, analyse Christian Sautter. Si nos prédécesseurs avaient fait la même chose à Paris, il y aurait peut-être moins d'entreprises à la Défense. Mais ce sont eux qui nous opposent, car André Santini et Bertrand Delanoë ont compris, eux, que c'est ensemble qu'ils seront forts. »

M. B.