Delanoë chahuté par les « mal-logés en colère »

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le Collectif des mal-logés en colère a perturbé hier l'inauguration par Bertrand Delanoë du centre d'hébergement d'urgence Helder-Camara, dans le 10e. En février dernier, ils avaient déjà fait annuler l'inauguration d'un centre d'appels téléphoniques du Samu social d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Et lundi dernier, c'est la pose de la première pierre d'une école de musique du 18e arrondissement qu'ils ont perturbée.

Hier, une petite cinquantaine de personnes, essentiellement des familles, ont bloqué l'entrée du centre Helder-Camara. Ils réclament le relogement des mal-logés. « Le problème avec ces manifestations, c'est qu'elles ravivent les réticences des riverains contre l'installation d'un centre dans leur quartier », déplore-t-on à la Mairie. Ce centre mixte, tenu par le Secours catholique, possède une capacité d'accueil de 40 personnes et offre aux plus démunis une chance de préparer leur réinsertion au sein de la société.

Le collectif a fini par obtenir un rendez-vous lundi prochain avec Tony Dreyfus, le maire (PS) du 10e arrondissement et Jean-Yves Mano, l'adjoint au Logement. La manifestation a alors cessé, et Bertrand Delanoë a pu faire son apparition. Plus tard, les mal-logés ont appris que leur rendez-vous se greffait à celui – déjà planifié – d'un autre collectif du 18e arrondissement. Ils affirment donc qu'ils vont continuer à « harceler les responsables de la politique du logement. Et pas uniquement ceux de la Mairie. »

Pauline Théveniaud