Tarif réduit pour les plus démunis

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Sans surprise, la région Ile-de-France a présenté hier son projet de nouvelle tarification des transports pour les Franciliens les plus démunis, comme elle s'y était engagée. Il sera soumis au vote de l'Assemblée le 30 juin, pour une entrée en vigueur le 1er octobre. Il concerne un million de personnes. Il s'agit notamment d'une réduction de 75 % du prix de la Carte orange pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC), soit 780 000 personnes. Les 100 000 bénéficiaires de l'aide médicale d'Etat (AME), les 30 000 allocataires de l'allocation de parent isolé (API), et les 70 000 allocataires de l'ASS (allocation de solidarité spécifique) en bénéficieront aussi. Les RMistes, eux, auront droit à la gratuité totale courant 2007.

La région Ile-de-France financera entièrement cette mesure. Elle coûtera 87 millions d'euros en année pleine. « Il était normal que l'Ile-de-France, la région la plus riche, fasse un effort pour les plus démunis », a souligné Jean-Paul Huchon, président PS de la région, et également président du Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France), en rappelant ses promesses, pendant la campagne électorale 2004, de réformer les tarifs des transports collectifs.

La réaction à ces annonces ne s'est pas fait attendre. Roger Karoutchi, président du groupe UMP au conseil régional, a dénoncé une « lourde erreur ». « C'est du faux social. Le vrai social aurait été de dire que tout le monde a droit à une réduction (...) Pourquoi un smicard de grande couronne doit-il payer 140 e par mois pour un coupon de Carte orange ? », a-t-il demandé.

Le député-maire de Montereau (77), l'UMP Yves Jégo, milite pour une Carte orange à 50 e pour tous les Franciliens. Il estime illogique que « celui qui passe le plus de temps dans les transports soit celui qui paie le plus ».