L'Etat impose le tribunal de Paris dans le 13e

©2006 20 minutes

— 

Ce sera donc Tolbiac... Sauf énième revirement. Comme le souhaitait l'Etat, le conseil d'administration de l'établissement du Palais de Justice de Paris a annoncé hier qu'il lançait « un concours d'idées international » pour architectes en vue de l'implantation du tribunal de grande instance (TGI) à Tolbiac-Sud (13e). Mais la Mairie de Paris proteste et estime qu' « une telle installation ne peut être envisagée sans l'accord de la Ville ». Serge Blisko, maire du 13e, y voit « une farce ridicule, un passage en force qui ne servira à rien. On lance un grand concours qui coûtera une fortune pour faire plaisir aux magistrats mais le projet ne pourra voir le jour dans ces conditions. »

Pour l'Etat, la décision semble pourtant prise. L'exiguïté des locaux du Palais de Justice, sur l'île de la Cité (1er), rendait inéluctable un déménagement. Le choix du lieu aura pris plus de deux ans. L'Hôtel-Dieu (4e), l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (14e) et surtout Masséna (13e), qui avait les faveurs de la Mairie, avaient été envisagés. Mais l'Etat a privilégié Tolbiac, pour construire sur 115 000 m2 un TGI qui pourrait coûter entre 600 et 900 millions d'euros.

Au conseil de l'ordre des avocats, on « prend acte » de la décision mais on n'exclut pas de « poursuivre le combat » et on regrette que toutes les solutions n'aient pas été « examinées dans l'île de la Cité, notamment l'Hôtel-Dieu ». Beaucoup d'avocats, qui avaient manifesté contre le démantèlement du TGI en juillet 2004, considèrent que « la proposition de la déchetterie de Masséna n'était destinée qu'à faire mieux avaler Tolbiac. »

Autre inquiétude : « Personne ne s'est demandé comment insérer un aussi gros bloc dans le maillage urbain, regrette Judith Herpe, qui travaille sur le sujet au sein du conseil de quartier. Nos préconisations ont été méprisées alors qu'un bâtiment monobloc risque de couper l'ancien 13e et le nouveau comme un mur de Berlin. » Le nouveau TGI était initialement prévu pour 2012. L'échéance paraît plus que jamais illusoire.

Michaël Hajdenberg

Le TGI traite les contentieux civils (divorce, successions, etc.) et pénaux (crimes et délits). Les cours d'appel et de cassation resteront, elles, sur l'île de la Cité.