PLU : Paris va en prendre pour quinze ans

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le Conseil de Paris va se pencher aujourd'hui sur le dossier le plus important de la mandature Delanoë. Le plan local d'urbanisme (PLU), qui fixe les règles d'aménagement à appliquer dans la capitale à l'horizon 2020, devrait faire l'objet de discussions passionnées dans l'Hémicycle.

Parcelle par parcelle, rue par rue, le PLU prédit l'avenir de chaque adresse : bureau, logement, commerce ou équipement public. Dans son ensemble, le découpage a été étudié pour permettre le rééquilibrage est-ouest du territoire en matière d'emplois et de logements sociaux. Les 13e, 19e et 20e arrondissements, qui à eux seuls concentrent 50 % des logements sociaux parisiens, ne sont notamment pas concernés par les projets de HLM.

Enfin, trois quartiers disposent d'« un plan de sauvegarde et de mise en valeur » : le Marais, une partie du 7e arrondissement et les abords du jardin du Luxembourg. L'enjeu est de taille car une fois ce document adopté, la moindre des modifications prendra « plusieurs mois, voire plusieurs années » de procédures.

« C'est justement pour cela que les négociations sont si tendues dans la majorité, explique Eric Jean-Baptiste, chargé de mission sur le PLU. Le règlement ne pourra pas être amendé de façon classique, avec une délibération en Conseil de Paris. Pour chaque changement, il faudra engager une procédure modificative, qui passe par l'enquête publique, la concertation locale... ». Et si un projet « modifie l'économie générale » du plan, comme un nouveau quartier d'affaires, par exemple, une révision partielle du plan local d'urbanisme sera nécessaire, ce qui prend en moyenne un an et demi.

Magali Gruet