Logements sociaux imposés à Saint-Maur

©2006 20 minutes

— 

Le préfet du Val-de-Marne contre-attaque. Agacé par la décision du maire (DVD) de Saint-Maur de modifier son plan d'occupation des sols (POS) pour empêcher toute construction de logements sociaux sur une parcelle appartenant à l'Etat et à la SNCF, Bernard Tomasini, préfet du département, a décidé d'y lancer «un projet d'intérêt général », pour passer au-dessus de l'exécutif municipal. Il a signé vendredi un arrêté allant dans ce sens. Il prévoit la création sur ce site de 6,6 ha d'une zone d'activités avec commerces, bureaux, collège, gymnase, espaces verts, 150 logements étudiants, 350 privés et 200 sociaux à loyers intermédiaires.

A la mairie de Saint-Maur, qui ne possède que 5,4 % des 20 % de logements sociaux réglementaires, le premier adjoint, Jean-Bernard Thonus, s'indigne. « On est très surpris par la brutalité de cette procédure et on ne comprend pas pourquoi le préfet se met en travers des projets de la mairie », a-t-il déclaré, évoquant la volonté du maire Jean-Louis Beaumont d'utiliser le terrain pour créer un grand parc. Il a aussi rappelé que la libre administration des communes était un principe constitutionnel, ce qui laisse présager de vives batailles juridiques.

M. G.