Métro jusqu'à 2 h, les syndicats se réveillent

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les agents de la RATP entameront les hostilités jeudi, en observant des débrayages contre le projet de prolonger d'une heure les horaires du métro et des trains les samedis soirs et veilles de fêtes. Décidé début avril par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), cette mesure devrait entrer en vigueur à la fin de l'année. Mais six syndicats dénoncent la volonté de la direction d'« opérer de nouveaux gains de productivité » à travers ce réaménagement des horaires, et deux d'entre eux appellent déjà à la grève.

Les syndicats ne se disent « pas opposés à cette décision », mais craignent que « la faiblesse des moyens attribués fragilise la sécurité ». « Comme pour le Noctilien (bus de nuit), ce service va se faire à moyens et à personnel constants. Ça veut dire que les vacations seront plus longues et que nous travaillerons davantage le week-end », assure Olivier Cotz, trésorier de Sud-RATP.

De son côté, la direction de la RATP réplique que les discussions sont en cours et que quelque 140 emplois seront créés sur deux ans. Quatre cents des 3 100 conducteurs du métro verront leurs horaires modifiés et 200, tous volontaires, auront leurs jours de repos du week-end décalés à la semaine, avec des indemnisations dont les montants sont en cours de négociation. Hier, les agents RATP étaient déjà en grève pour protester contre la suppression du lundi de Pentecôte comme jour férié, entraînant peu de perturbations.

Magali Gruet

Le Stif prévoit des métros toutes les dix minutes les samedis soirs et les soirs de veilles de fêtes, la dernière rame arrivant à 2 h 15. Les horaires des bus de banlieue en correspondance avec le métro seront aussi prolongés.