Ovnis: 10 % des phénomènes observés sont non identifiés

ZOOM le Groupe d'études et d'information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés fait le point pour «20 Minutes»...

Vincent Vantighem

— 

Photo d'illustration d'un ovni.
Photo d'illustration d'un ovni. — O'Dell Dale/SUPERSTOCK/SIPA

Comme dans les films de science-fiction, l'observation des ovnis reste une affaire de militaires. Sauf en France. Depuis 1977, c'est un organisme civil qui est chargé de cette mission: le Groupe d'études et d'information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan). Doté de 400.000 euros de budget, ce groupe basé à Toulouse recueille et vérifie les témoignages. «On analyse l'étrangeté de l'affaire», témoigne Xavier Passot, responsable. S'il ne s'agit que d'un point lumineux suivant une ligne droite, le Geipan en trouve souvent l'origine auprès des aéroports voisins de l'observation.

220 observations l'an dernier

Mais si le témoin parle de formes spéciales ou de trajectoires aléatoires, le Geipan envoie un enquêteur sur place. «Il vérifie si le témoin est crédible, recoupe, cherche l'origine», explique Xavier Passot. Parfois sans succès. «En 2011, 220 observations nous ont été rapportées, poursuit l'ingénieur. Au final, environ 10 % des phénomènes aérospatiaux sont restés non identifiés...» La vérité serait donc ailleurs? «Comme tout le monde, j'ai un avis personnel, conclut Xavier Passot. Mais ma fonction m'empêche de vous en parler.»