Un collégien tabassé : les profs exercent le droit de retrait

©2006 20 minutes

— 

Le collège Michelet de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) est à l'arrêt. Les professeurs ont exercé hier leur droit de retrait. Et ce matin, ce sont des parents d'élèves qui ont prévu d'occuper l'établissement. Vendredi, un élève de troisième a en effet été l'objet d'un règlement de comptes très violent.

Le collège, classé en ZEP, se situe de l'avis général « dans un quartier difficile », mais était jusqu'à présent épargné par la violence. Vendredi matin pourtant, un élève de quatrième, arrivé depuis seulement quatre jours dans l'établissement après son éviction d'un collège d'Aubervilliers, s'embrouille avec un élève de troisième qui lui reproche de fumer du shit dans les toilettes. A midi, les deux adolescents s'expliquent violemment dans la rue. A 15 h, ce sont quinze copains du jeune d'Aubervilliers qui s'introduisent dans l'établissement, bousculant au passage des surveillants, et enferment dans une salle l'élève de troisième. Deux aides-éducateurs parviennent ensuite à rentrer mais ne peuvent empêcher pas les coups. Les agresseurs frappent, à l'aide de battes de base-ball et, selon certains témoignages, d'armes de défense électriques. Le jeune homme, dont l'état n'inspire plus d'inquiétude, est aujourd'hui sorti de l'hôpital et le collégien à l'origine de l'altercation a été interpellé. Mais au collège Michelet, on doutait hier de la future arrestation de ses complices.

Surtout, le personnel de l'établissement s'inquiète de « la baisse du nombre d'adultes dans le collège » et de la suppression des postes d'aides-éducateurs.

Michaël Hajdenberg