Les braqueurs n'avaient pas envie de jouer

©2006 20 minutes

— 

Il était six heures du matin dimanche quand les quatre malfaiteurs sont entrés. Ils ont braqué le personnel, les clients et exigé que le coffre soit immédiatement ouvert. Le chef du personnel s'est exécuté. Le coffre de ce cercle de jeux du boulevard Saint-Martin (3e) contenait environ 200 000 euros selon la brigade de répression du banditisme, en charge de l'affaire.

Un cercle de jeux est un lieu tout à fait légal, qui dépend du ministère de l'Intérieur, et qui « compense » l'absence de casinos à Paris. « On y joue essentiellement aux cartes, et surtout à tous les pokers », précise-t-on au cercle Eldo, qui existe depuis 1929 et fait partie des cercles les plus connus de la capitale. Les Turcs et les Chinois le fréquentent particulièrement.

Bien que ces lieux génèrent beaucoup de cash, il sont rarement pris pour cible. Est-ce pour cela qu'ils sont si peu protégés ? Les braqueurs n'ont apparemment eu aucun mal à s'introduire. Ils sont repartis sur deux scooters et personne n'a rien pu faire, sur le moment du moins. Apparemment un brin fébrile, l'un des conducteurs a en effet chuté alors qu'il n'était même pas poursuivi et qu'il n'a heurté personne. Il s'est cassé la jambe et a été interpellé. Il devait être opéré hier avant d'être interrogé. Le malfrat n'avait rien sur lui, mais les policiers espèrent qu'il leur permettra de remonter jusqu'aux trois gangsters en fuite.

Michaël Hajdenberg

Le malfrat arrêté après sa chute est bien connu des services de police. Il a été condamné une dizaine de fois pour vol, vol avec violence et recel. Mais jamais, semble-t-il, pour des braquages de ce type.