Eboueurs et crèches : aucune avancée

©2006 20 minutes

— 

A Paris, éboueurs et personnels de la petite enfance durcissent leur mouvement. Ces derniers, à l'appel de l'intersyndicale CFTC- CGT-FO-Supap/FSU, ont reconduit leur mouvement jusqu'à lundi prochain. Les éboueurs parisiens entament, ce matin, la deuxième journée de la grève lancée par la CGT, la CFTC et le Siat (Syndicat indépendant des agents territoriaux de la Ville).

Le taux de grévistes chez les éboueurs était évalué par l'administration à 47 % hier. « Un mouvement minoritaire », estimait François Dagnaud, adjoint au maire de Paris en charge des Ressources humaines. « Tous les arrondissements sont concernés, à des degrés divers, remarque Régis Vieceli, secrétaire général de la CGT nettoiement. De 15 % de grévistes dans le 13e à 90 % dans le 7e. »

Les éboueurs espèrent être entendus sur «l'essentiel : les grilles indiciaires et les déroulements de carrière ». Mais la Mairie dit avoir déjà consacré 8 millions d'euros aux carrières de ces agents depuis 2001. « On ne sait pas où ils sont passés », rétorque la CGT. Et l'adjoint au maire de les appeler à « la solidarité à l'égard des autres agents de la ville » et à «penser à l'amélioration de la qualité du service public».

Sophie Caillat