Le « 18 » a de nouveaux bureaux

élodie Font

— 

Le centre de commandement reçoit 4 500 appels par jour et déclenche 1 500 interventions.
Le centre de commandement reçoit 4 500 appels par jour et déclenche 1 500 interventions. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Après presque trois ans de travaux et un budget de 26 millions d'euros, la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne est méconnaissable. Inaugurés vendredi par le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, les locaux sont aujourd'hui quatre fois plus grands. Et pour cause : le nombre d'interventions a été multiplié par dix en trente ans.

1 500 interventions jour
« Urgence pompiers, j'écoute » A quelques mètres de la porte de Champerret (17e), une quinzaine de sapeurs-pompiers est constamment sollicitée. Chaque jour, 4 500 personnes composent le 18 ou le 112. Soit quatre appels… par minute ! Les sapeurs-pompiers les traitent en fonction de leur gravité. Si vous téléphonez pour un feu d'immeuble ou, plus risqué encore, un attentat meurtrier, votre appel sera immédiatement transféré dans un autre service. Chaque pièce du centre de commandement correspond à un niveau de risque. Au quotidien, les appels les plus fréquents sont bien sûr moins alarmants : accidents légers, fuites de gaz, demandes d'assistance pour des personnes âgées… Une fois l'adresse et l'urgence enregistrées, les sapeurs-pompiers envoient leurs renseignements à la caserne la plus proche. Un travail logistiquement impressionnant : en une journée, près de 1 500 interventions sont programmées sur le secteur. 4 500 appels, 1 500 interventions, soit près de 3 000 appels qui ne correspondent à aucune urgence. « Beaucoup confondent le 112 avec les renseignements », raconte un des pompiers de la brigade. « Certains vont jusqu'à nous appeler parce qu'ils ont un souci de portable ! » Une réalité qui irrite Bertrand Delanoë  : « Si les gens se tournent ainsi vers les pompiers, c'est parce que les autres services publics, comme les urgences des hôpitaux, se sont affaiblis. » Pour sensibiliser à l'importance de ne pas déranger inutilement les pompiers, une campagne d'affichage sera lancée au cours du mois.