La ville comme vous ne l'avez jamais vue

Hélène Colau

— 

Au programme des promenades, recoins secrets et détails historiques insolites.
Au programme des promenades, recoins secrets et détails historiques insolites. — V. WARTNER / 20 MINUTES

On ne connaît jamais complètement Paris. Ce week-end, le festival Paris face cachée se chargera de le rappeler à ceux qui en douteraient. Pendant deux jours, cinquante expériences étonnantes sont proposées dans des lieux tenus secrets. 20 Minutes a testé l'une d'elles.

La mémoire du quartier
Rendez-vous devant l'église Saint-Jean-Baptiste de Belleville (19e). Deux « complices » du festival accueillent le groupe, intrigué. « On va vous parler du quartier, mais surtout de sa mémoire. » La guide tapote sur un digicode, un couloir s'ouvre, on traverse deux cours… et nous voici dans un jardin, une courtille plantée de charmantes maisonnettes. « Sous Henri IV, les comédiens de la Comédie-Française y entreposaient leurs décors. » Dans une autre allée cachée, la guide interpelle une vieille dame : « Allez-y, racontez-nous l'histoire du quartier ! » « Quand je suis arrivée, c'était la campagne, se souvient-elle. On promenait les chèvres sur les fortifications. » Ces rencontres ne sont pas fortuites. « Quand j'ai commencé cette activité, j'ai d'abord interviewé les habitants, se souvient l'organisatrice. J'ai enregistré 800 cassettes avec leurs souvenirs ! » Il est justement temps d'aller se réchauffer chez Renée. Autour d'un jus de gingembre, elle raconte l'histoire de son logement, une ancienne cité-jardin encastrée entre les immeubles. « Un ruisseau passe dessous, c'est pour ça qu'on n'a pas pu construire en hauteur. » La promenade se poursuit par une visite chez une modiste, héritière du passé artisanal du quartier. Sur le chemin, certaines maisons à un étage typiques de Belleville, usées par le temps ou le feu, dévoilent leur structure. Sur les murs, on remarque les célèbres pochoirs de Jérôme Mesnager, l'un des premiers peintres de rue parisiens. Dans un jardin, des vignes à « pett vin blanc ».
Trois heures plus tard, on a l'impression d'avoir percé certains secrets de Paris. Mais l'on devine surtout que la ville en cache encore bien d'autres.