Paris choisit Moneo pour ses parcmètres

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'équipe Delanoë tente de clore une double polémique. A la droite, qui avait jugé que le système de carte prépayée « Paris-carte » s'assimilait à de la «vente forcée », et aux consommateurs qui critiquaient certains aspects de Moneo, Denis Baupin, l'adjoint au maire de Paris en charge des Transports, a présenté hier un système « facilité pour tous et légal ». A partir du 30 mai, Moneo ne sera plus seulement une expérimentation dans les quatre arrondissements centraux, mais un moyen de paiement utilisable dans tous les arrondissements de la capitale, sur 8 000 des 14 000 horodateurs existant à Paris. Les automobilistes de passage ne seront donc plus obligés d'acheter une Paris-carte à 10 e. Ils pourront charger le montant voulu sur le porte-monnaie électronique Moneo, qu'il soit inclus dans leur carte bancaire ou sur un support séparé. Denis Baupin espère ainsi réduire la fraude.

Des innovations ont été apportées à Moneo pour répondre aux critiques. Comme l'avait réclamé l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, il sera désormais possible de se procurer Moneo si l'on ne possède pas de compte bancaire (dans les banques, moyennant 5 e environ). De plus, les cartes pourront désormais se recharger par paiement en espèces (jusqu'à 100 e) dans 21 kiosques Relay du centre de Paris, et bientôt dans encore plus de points de vente. Le rechargement pourra aussi se faire sur des distributeurs automatiques de billets (sur les réseaux CIC, Crédit mutuel et Banques populaires pour le moment) et dans 8 000 cabines téléphoniques de la région.

Sophie Caillat

16 villes franciliennes proposent de payer le stationnement avec Moneo. 4 à 5 millions de Paris-carte sont vendues chaque année. 20 000 transactions ont été effectuées en avril 2006 avec Moneo sur les horodateurs, soit 2 % des paiements. 50 millions d'euros, c'est le montant annuel des recettes du stationnement. 11 millions d'euros, c'est le coût pour la Ville de l'instauration de Moneo sur les horodateurs.