Faire entrer le solaire chez les particuliers

©2006 20 minutes

— 

Le conseil régional d'Ile-de-France a adopté hier son plan pour la maîtrise de l'énergie pour la période 2006-2010. Plus de 120 millions d'euros lui seront consacrés. Ce plan n'est pas le premier, mais il comporte une grande nouveauté : la création d'une aide financière aux particuliers pour la pose de chauffe-eau ou de chauffages solaires*. Cette aide ne portera que sur la main-d'oeuvre, l'Etat proposant déjà un crédit d'impôt pour l'achat d'équipements. Elle sera de l'ordre de 30 à 50 % du coût de la main-d'oeuvre, à condition que celle-ci soit labellisée : en Ile-de-France, 170 installateurs ont adhéré à la charte Qualisol, qui donne droit aux subventions pour la pose de chauffe-eau solaires.

Un tel équipement (matériel et pose) coûte entre « 4 000 et 6 000 e », a rappelé hier Michel Vampouille, vice-président en charge de l'Environnement à la région. Le nombre d'installations subventionnées pourrait être de 300 en 2006 – contre 99 en 2004 – et de 1 000 en 2007. La région espère ensuite doubler ce chiffre chaque année, pour arriver à 8 000 en 2010, soit une superficie de capteurs de 68 850 mètres carrés, permettant d'éviter le rejet dans l'atmosphère de 17 200 tonnes de CO2. La région va aussi accentuer son action sur l'habitat collectif. Elle espère installer 80 000 mètres carrés de capteurs solaires thermiques pour la production d'eau chaude dans le logement social, et 40 000 mètres carrés dans le secteur des collectivités, des copropriétés et des associations, ce qui permettrait d'« éviter le rejet dans l'atmosphère de 30 000 tonnes de CO2 ». Une aide sous forme de soutien financier à la réalisation d'équipements solaires thermiques est prévue.

Ce plan entend aussi renforcer le programme géothermie, qui doit voir 30 000 nouveaux logements raccordés d'ici à 2010. Près de 15 000 le sont déjà. La région se donne également comme objectif la consommation de 300 000 tonnes par an de bois pour alimenter des chaufferies, dès 2010. Des mesures qui visent à lutter contre les effets du changement climatique, « une des premières inquiétudes des Français », assure Michel Vampouille.

Mickaël Bosredon

*Demandes de dossiers sur www.iledefrance.fr.