Des soins dentaires à prix cassés

SANTE Un nouveau centre deux fois moins cher que les dentistes traditionnels ouvre lundi à Paris...

Hélène Colau

— 

Les dentistes du centre seront tous salariés et aidés par de nombreux assistants.
Les dentistes du centre seront tous salariés et aidés par de nombreux assistants. — DR

Selon une enquête réalisée pour l'Agence régionale de santé, 42% des Franciliens ont déjà renoncé à des soins, principalement pour des raisons financières. C'est encore plus vrai quand on parle de soins dentaires, mal remboursés par la Sécurité sociale. «Un implant coûte 2.000 €, explique Pascal Steichen. En moyenne, à 50 ans, on a cinq dents abîmées. Tout refaire revient environ à 5.000 €.»

Parce que «de nos jours, on ne peut plus être édenté», ce spécialiste de l'organisation des cabinets dentaires a décidé de mettre son expérience au profit des patients en créant des centres dentaires radicalement moins chers. Le premier site parisien, le Centre dentaire Saint-Lazare, ouvrira lundi.

Moins d'administratif

Le principe est tout simple. Selon Pascal Steichen, si les soins dentaires sont si chers, c'est parce que «comme la Sécurité sociale n'a pas augmenté ses remboursements sur les soins de base depuis cinquante ans, ils rapportent très peu aux dentistes. Les dentistes rattrapent donc ce temps de travail peu rentable en facturant plus cher les couronnes et les implants.»

«C'est vrai qu'un cabinet qui ne ferait que des soins et pas de prothèses ne pourrait pas s'en sortir, confirme Philippe Denoyelle, président de l'Union des jeunes chirurgiens dentistes. Mais le prix généralement constaté en France n'est pas plus élevé que la moyenne européenne. Je n'ai rien contre les centres qui baissent les prix, il faudrait juste savoir comment sont faites leurs prothèses et combien sont rémunérés les employés.»

En embauchant deux assistants par dentiste, ce qui lui permet de se consacrer entièrement aux tâches médicales, le Centre dentaire Saint-Lazare pourra proposer des couronnes à 390 € et des implants à 970 €, deux fois moins que chez un dentiste traditionnel. Cette rationalisation extrême du travail entraîne bien sûr quelques inconvénients: le centre sera fermé les mercredis et les samedis ainsi que le soir après 18h.