Les Indignés de La Défense déposent une plainte

— 

Injures, vols, violences… Hier matin, l'avocat Christophe Ayela a déposé une plainte collective de 23 « Indignés » au Tribunal de Grande Instance de Nanterre (92) contre X. « On ne connaît pas le nom des personnes qui ont fait ces actes ou qui en ont donné l'ordre », précise maître Ayela. En novembre dernier, des dizaines de personnes qui se revendiquent du mouvement international pour la démocratie réelle des « Indignés » ont campé sur le parvis de La Défense (92) pendant un mois. Selon eux, tous les deux jours, les policiers et CRS leur enlevaient leur tente, leur nourriture et parfois les molestaient pour les démoraliser. Les forces de police ont le droit d'intervenir pour rétablir l'ordre public. Mais pour ces militants, il n'y a jamais eu d'atteinte à l'ordre public.
« Le premier intitulé de la plainte concerne une entrave à la liberté d'expression puisque toute réunion pacifique est légale dans ce pays, reprend l'avocat. Le second liste des actes de violence : coups de matraque, tentative d'étranglement, un blessé a eu trois jours d'incapacité temporaire totale suite à un coup de genou… Enfin, il n'y a pas eu de sommation, ce que des vidéos prouvent. » Sandra raconte qu'un policier l'a traité de « sale pute », beaucoup n'ont pas pu retrouver leur tente confisquée. Un secouriste s'est porté témoin et raconte qu'il a été empêché d'intervenir alors qu'une victime gisait inconsciente. « Il y aura d'autres plaintes, j'ai reçu beaucoup de messages », assure maître Ayela.

les indignés poursuivent les assemblées

Si depuis fin novembre ils ont quitté le parvis de La Défense (92) et n'ont donc plus désormais de lieu de rassemblement, les Indignés continuent à organiser quelques assemblées populaires le dimanche à Montreuil (93), Puteaux (92) ou au 104 dans le 19e arrondissement de Paris.