Norman, 24 ans, enflamme la toile depuis son appart de Montreuil

— 

Norman tourne la plupart de ses sketchs dans le salon savamment décoré de sa colocation à Montreuil.
Norman tourne la plupart de ses sketchs dans le salon savamment décoré de sa colocation à Montreuil. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Prénom : Norman. Profession : humoriste né sur YouTube. A 24 ans, il fait partie de cette infime minorité qui en vit. Il revendique 70 millions de vidéos vues et YouTube le rétribue. « Je ne savais même pas que c'était possible de gagner sa vie avec ça », raconte cette star du Net, qui est née dans le Nord, a vécu 5 ans en Bretagne pour finalement atterrir à Montreuil il y a deux ans. Norman a enchaîné les petits boulots avant d'exploser avec son sketch sur les bilingues sur normanfaitdesvideos.com, il y a un an. « C'est né d'une mi-frustration, mi-jalousie face aux Parisiens pour qui parler anglais est normal. » Face caméra, son visage poupin et imberbe égratigne avec ironie ce(ux) qui l'agace(nt), des hommes en chemise aux invités pénibles de soirées qui mettent leurs mégots dans les bouteilles. « Quand j'ai dit à mes parents que j'avais 5 millions de vues, ça ne leur a rien fait. Mais maintenant que je fais un vrai spectacle, j'ai des cousins de l'autre bout du monde qui veulent venir ! J'ai parfois l'impression d'être Justin Bieber pendant un quart d'heure… Ce matin, au supermarché, une fille algérienne m'a demandé de poser avec elle pour une photo. L'avantage avec Internet c'est que je touche un public au Canada, en Belgique, partout. Et qu'il y a une communication permanente : dès que je poste une vidéo, mes fans laissent des commentaires. » Et parfois des critiques. Notamment lorsque Norman s'est lancé dans des vidéos sponsorisées par Orange. « En France, les artistes n'ont pas le droit de gagner leur vie. » Porté par le buzz, il gagne maintenant plusieurs dizaines de milliers d'euros. Mais reste dans sa HLM de Montreuil « pleine de cafards » qu'il partage avec un colocataire et où il tourne la plupart des sketchs avec les moyens du bord. Sur l'étagère taguée s'accumulent des accessoires, une casquette, un mini-accordéon, un tam-tam pour son chat, Sergi (en hommage à Gainsbourg). La télé, très peu pour lui, mais le cinéma lui fait du pied. Il écrit un scénario, participe à un documentaire de Cédric Klapisch et fait des doublages.Oihana Gabriel