Soupçons de prostitution: Les salons de massage parisiens appelés à être plus clairs sur leurs prestations

PROSTITUTION Ces commerçants pourraient signer une charte...

William Molinié

— 

Un salon aux rideaux tirés dans le 17e.
Un salon aux rideaux tirés dans le 17e. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Des devantures aux rideaux tirés, et parfois même des portes fermées à clé. La culture de l'intimité et parfois du secret qu'entretiennent les salons de massage asiatiques a jeté un doute sur leur activité. D'après les maires UMP du 16e et du 17e arrondissements de Paris, certains de ces commerçants du bien-être se livreraient à de la prostitution.

«Pour contrer certaines dérives, on voudrait davantage de lisibilité sur la devanture des boutiques», affirme Geoffroy Boulard, adjoint UMP au maire du 17e chargé de la sécurité. Ce dernier souhaite que les associations de commerçants des arrondissements imposent aux professionnels du secteur la signature d'une charte.

Massages nus mais pas sexuels

«Il faut qu'ils s'accordent sur une déontologie de leur métier et forment leur personnel», poursuit-il. Rue Legendre (17e), les salons de massage ont fleuri depuis quatre ans. «Les masseuses restent derrière les rideaux. Et quand elles sortent, certaines sont en tenue légère», raconte une riveraine.

D'après les policiers qui assurent avoir fait des enquêtes de terrain, seule une vingtaine de salons sur les 400 recensés dans la capitale proposeraient à leurs clients une prestation sexuelle tarifée. Une minorité jetterait donc le discrédit sur tous les autres. «ça fait une mauvaise image pour nous, les professionnels sérieux. Les clients demandent souvent une finition. On refuse toujours», soutient Minhua, gérante du Havre-Serenity, dans le 9e. L'enseigne propose des massages réalisés entièrement nus «et avec les seins», précise une employée. Mais une mention sur la carte des prix assure que les massages sont réalisés «sans connotation sexuelle».

Prostitution
En France, la législation sur la prostitution est floue. Les relations sexuelles tarifées ne sont pas interdites. Mais le fait de gagner de l'argent sur la prostitution (proxénétisme) et le racolage des clients, même passif, ne sont pas autorisés.