Le permis contre une BA, des villes prennent le relais

— 

Une B.A. contre le financement des leçons de conduite. C’est le principe original retenu par la ville de Suresnes (Hauts-de-Seine) pour réduire le nombre de conducteurs sans permis. Avec un budget annuel de 42 000 g, la ville a mis en place une bourse aux permis pour aider les 18-25 ans aux ressources insuffisantes.Elle couvre jusqu’à 80%du coût global de la formation estimé à 1 200 g. En contrepartie, le candidat s’engage à réaliser un projet d’action sociale ou humanitaire. La mission locale intercommunale de Bagneux, Clamart et Malakoff (92) a décidé elle aussi d’aider quinze jeunes à la recherche d’emploi en leur offrant intégralement une formation intensive au permis de conduire, tous les après-midi durant quatre mois et demi. Thomas, 21 ans, électricien de formation, fait partie des candidats. « Sans permis,
pas de boulot. Je n’arrête pas d’entendre ce refrain lors demes entretiens d’embauche. » Valia Robin, directrice de la mission intercommunale, espère que le taux de réussite avoisinera les 80% afin de pérenniser cette opération pilote dans les Hauts-de-Seine. Ces jeunes devront également faire leur B. A. en offrant vingt heures de leur temps dans l’un des services communaux des trois villes.

A. O.