Quatre mois pour les faux pères de Zohra

William Molinié

— 

La maire du 7e a porté plainte pour « outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique ».
La maire du 7e a porté plainte pour « outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique ». — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Les blagues les plus courtes sont toujours les meilleures. Celle des deux détenus de la prison de Poissy (Yvelines) s'est éternisée en absurdités, à supposer, comme eux, que l'on appelle cela de « l'humour ».
ermain Gaiffe, 43 ans et Alfredo Stranieri, 54 ans, ont été reconnus coupables hier d'« outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique » par le tribunal correctionnel de Versailles et condamnés à 4 mois de prison ainsi qu'à verser un euro de dommages et intérêts à la maire UMP du 7e arrondissement. Ils étaient poursuivis pour avoir revendiqué dans des courriers adressés à Rachida Dati la paternité de sa fille, Zohra, dont l'identité du père n'a jamais été dévoilée. Ils demandaient même un droit de visite. La députée européenne avait alors porté plainte, « pour éviter qu'un jour sa fille lui demande pourquoi elle n'a pas réagi alors que sa dignité avait été bafouée », avait rappelé son avocat Me Olivier Metzner.

Lourd passé judiciaire
« Je suppose qu'il fera appel. Car pour lui, l'infraction n'est pas constituée », confiait hier Me Julien Bouzerand, l'avocat de Germain Gaiffe. Ce dernier s'était défendu dans le box en arguant qu'il n'était pas le « père biologique » mais le « père légal » car il avait « envoyé une déclaration de paternité jointe à la lettre ». Coquecigrues auxquelles s'était ajoutée la complainte saugrenue de Dieudonné, qui a réclamé en vain « un euro » ou même « 50 centimes » pour avoir été désigné comme parrain de Zohra par Germain Gaiffe, codétenu à Poissy du terroriste Carlos, dont la fille est la filleule de l'« humoriste ».
Michel Desplan, le procureur de la République de Versailles, avait requis 6 mois, soit la peine de prison maximale que les deux détenus encouraient pour ce délit. Alfredo Stranieri avait déjà été condamné en 2004 à la réclusion criminelle à perpétuité pour deux doubles meurtres. Quant à Germain Gaiffe, il avait écopé de 30 ans de prison en 2003 pour le meurtre d'un assureur.