Polémique sur le pass Navigo unique

TRANSPORTS L'Ile-de-France est en pleine réflexion pour financer la mesure de dézonage de la gauche...

Oihana Gabriel

— 

Un passe Navigo de la RATP
Un passe Navigo de la RATP — DR

Une promesse de campagne délicate à tenir. Le pass Navigo unique pour 2012, un abonnement mensuel aux transports franciliens dézoné, fait l'objet d'âpres négociations entre les Verts et le Parti socialiste.

Aujourd'hui, les débats sur les orientations budgétaires de l'Ile-de-France pourraient se cristalliser sur cet engagement. Les écologistes ont lancé un ultimatum: sans accord sur la mesure négociée entre les deux tours des élections régionales de 2010, ils ne voteront pas le budget du 16 décembre.

Combien ça coûte?

Si les chiffres varient en fonction des études, celle du STIF l'évalue à 250 millions d'euros. Le pass Navigo unique tournerait autour de 78€ par mois, donc une hausse de 30% pour les utilisateurs de deux zones, environ la moitié des abonnés. Et du pain bénit pour les usagers qui parcourent cinq zones, dont l'abonnement peut atteindre 109,90€ par mois.

Les arguments

Du côté d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV), Cécile Duflot parle «d'équité territoriale»: les transports en grande couronne affichent des tarifs plus chers et une efficacité moindre. La mesure devrait séduire des banlieusards qui auront davantage intérêt à abandonner leur voiture. Et permettre d'encourager le tourisme intrafrancilien. Pour Jean-Paul Huchon, président PS de la région, «le développement des tramways en rocade, du Grand Paris Express, rend invalide le système de tarification par zones.»

Les réticences

S'il semble y avoir accord sur le fond, les doutes concernent le financement. Un effort de 250 millions d'euros pour le STIF pourrait bloquer des projets d'amélioration de l'existant. Impensable pour les élus PS, qui savent que la priorité des Franciliens reste la qualité et la ponctualité des transports. Faire payer les voyageurs ne convainc pas non plus. «Hors de question de demander un effort aux usagers parisiens et de la proche banlieue compte tenu du climat social», alerte Jean-Paul Huchon.

Alternative

Le Parti radical de gauche et Mouvement unitaire progressiste (PRG-MUP) propose le dézonage du pass Navigo le week-end et les jours fériés. «Plus réaliste» pour l'Association des Usagers des Transports qui fait des propositions en ce sens aux élus. Une solution soutenue aussi par Jacques Boutault, maire Vert du 2e arrondissement de Paris: «Cela coûterait moins cher et permettrait de tenir l'engagement tout en améliorant les infrastructures.»