L'usine d'Aulnay incertaine

William Molinié

— 

A l'usine PSA d'Aulnay.
A l'usine PSA d'Aulnay. — MEIGNEUX / SIPA

Officiellement, l'usine PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ne ferme pas. Mais ces derniers mois les 3 000 salariés de l'usine accumulent les mauvaises nouvelles. Dernière en date, la direction du groupe a annoncé hier la suppression de 6 000 emplois en Europe, sans en détailler la répartition (lire p. 11). « Il y a une incertitude sur ce site. Ce serait faux de dire qu'elle n'existe pas », concède une porte-parole de l'usine.

Manque à gagner de 6 millions
Aujourd'hui, l'avenir du site est essentiellement lié à celui de la Citroën C3, où elle est produite depuis 18 mois. « La question est de savoir ce qu'Aulnay deviendra lorsque la C3 sera en fin de vie », confie-t-on à la direction. Depuis vendredi dernier, les employés de la production sont au chômage partiel car la direction entend « anticiper les futures baisses possibles des ventes ».
L'accumulation de ces signes avant-coureurs inquiète les syndicats qui entrevoient la fermeture totale. « La direction ne fait pas d'annonce. Mais elle agit par petits coups, méthodiquement et progressivement pour fermer l'usine en 2014. C'est son plan », estime Jean-Michel Mercier, délégué CGT. Ce dernier, avance aussi qu'un plan de réduction de 300 intérimaires est dans les cartons. « Faux. On va effectivement faire des économies. Mais il n'a jamais été question de chiffres », répond-on à la direction. La ville d'Aulnay-sous-Bois, dont PSA est le plus gros employeur, s'inquiète aussi. « La direction du groupe m'a assuré qu'ils ne vendraient pas le foncier. Mais qu'au-delà de 2014, ils ne pouvaient pas garantir le maintien de la production », détaille Gérard Segura, maire socialiste d'Aulnay. Si PSA venait à partir, le manque à gagner pour la ville serait d'au moins 6 millions d'euros par an et au moins 500 familles sans travail. Un impact direct dans une ville où le chômage des 18-25 ans dépasse les 40 % dans certains quartiers.

Polémique

S'appuyant sur un document interne du groupe, la CGT a révélé en juin dernier que PSA avait prévu de fermer l'usine d'Aulnay en 2014. La direction a aussitôt répondu que cette fermeture n'était « pas un sujet d'actualité ».