« J'aime bien cette idée de transmission »

Stéphane Leblanc

— 

Ludivine Sagnier défend notamment Le Magicien d'Oz.
Ludivine Sagnier défend notamment Le Magicien d'Oz. — LE FLOCH/NIKO/NIVIERE/SIPA

Des projections de films pour les plus jeunes, dans dix salles Art et essai de la capitale (*) La 7e édition de Mon premier festival débute aujourd'hui avec Ludivine Sagnier pour marraine. Le cinéma et l'enfance sont liés pour l'actrice qui a débuté à huit ans devant la caméra de Pascal Thomas. Et ses premiers émois de jeune spectatrice, elle essaie aujourd'hui de les partager avec ses deux filles, de 2 ans et 6 ans et demi.

Quel est votreplus ancien souvenir de spectatrice ?
Un Marie-Antoinette des années 1930 qui me terrifiait et me fascinait. Et que je regardais en boucle ! Je n'ai pas de souvenirs précis de dessins animés. Plutôt La Vie est belle, le Capra de Noël. Ou L'Ours et la poupée, avec Brigitte Bardot, dont j'ai transmis la passion à mon ainée. J'aime l'idée d'être avec mes filles dans le même rapport de transmission que mes parents avec ma sœur et moi.

Le Festival vous a demandé de choisir trois films « coups de cœur ». Quels sont-ils ?
Le Magicien d'Oz pour ses niveaux de lectures qui font qu'on ne s'en lasse pas, quelque soit l'âge, Les Demoiselles de Rochefort aussi, pour la musique et la danse qui le rendent très attrayant pour les enfants, même si ça ne leur est pas directement adressé. Et Princes et princesses de Michel Ocelot, parce que s'il y a quelqu'un qui sait raconter des histoires aux enfants, c'est bien lui ! Ses films sont de purs enchantements.

Vendredi, vous présenterez Peter Pan de PJ Hogan, Que direz-vous aux enfants ?
Que le cinéma, c'est de la magie, mais aussi beaucoup de travail. A huit ans, je suivais un cours de théâtre et j'ai pu tourner dans Les Maris, les femmes, les amants. Au début ça m'amusait, mais j'ai vite compris que ce n'était pas des vacances. Sur Peter Pan, j'étais toute seule, tout le temps. Suspendue toute la journée à des câbles devant un fond bleu, c'était dur ! Mais cette fée Clochette restera à jamais gravée en moi.