Paris attire les Chinois

Hélène Colau

— 

Il fut un temps où les étudiants étrangers à Paris, c'étaient des correspondants anglais ou allemands, voire une jeune fille au pair américaine. Aujourd'hui, ceux qui choisissent en masse la capitale pour étudier, ce sont les Chinois. Non qu'ils soient particulièrement attirés par la Ville Lumière : la France n'est que le 6e pays d'accueil de ces jeunes, loin derrière les Etats-Unis et le Japon. Mais la part des Chinois dans les échanges internationaux ne cesse de croître. En 2009, ils étaient plus de 500 000 à étudier hors de leur pays, dont 23 590 en France, un chiffre en progression de 64,8 % en quatre ans seulement. En 2010-2011, ils étaient 29 122. Ce qui place les Chinois au deuxième rang des étudiants étrangers en France, juste derrière les Marocains.
Cette tendance ne semble pas s'essouffler. A la rentrée d'octobre, pour la deuxième année consécutive, les Chinois sont les plus représentés parmi les 131 nationalités accueillies à la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP). Ils supplantent ainsi les Américains, historiquement très présents à la CIUP. Si bien que la construction d'un pavillon de la Chine est envisagée. En effet, pour la première fois depuis plus de quarante ans, un accord signé en avril permet la construction d'environ 1 500 logements sur ce site.
Mais pourquoi une telle affluence dans les universités parisiennes ? En réalité, Paris n'est pas forcément la ville de prédilection des Chinois. Traditionnellement, les meilleurs étudiants restent en Chine. Mais comme les places sont limitées, ceux qui ne sont pas sélectionnés partent à l'étranger, de préférence dans les pays anglo-saxons. Conséquence, certains étudiants chinois arrivent à Paris un peu par hasard et parlent mal, voire pas du tout le français. « Ils connaissent un fort taux d'échec, regrette Carine Camby, déléguée générale de la CIUP. Beaucoup sont un peu perdus, ils souffrent d'isolement et ont souvent des problèmes économiques, car leurs bourses sont faibles. Nous sommes donc très vigilants quant à leur état psychologique. » Les étudiants chinois sont régulièrement orientés vers le relais social de la CIUP, où des psychologues et des assistantes sociales tentent de leur venir en aide.

Filières

Les disciplines universitaires choisies en priorité par les étudiants chinois sont les sciences et l'économie. Du côté des grandes écoles, ce sont les cursus d'ingénieur qui les attirent, notamment des écoles comme les Arts et métiers ou AgroParisTech. En 2004, le consulat de France à Shanghai a mis en place un programme intitulé « 50 lycéens chinois en classes préparatoires scientifiques aux grandes écoles ». Ces jeunes, formés dans de bons lycées comme Louis-le-Grand ou Janson-de-Sailly, intègrent ensuite les meilleures écoles.