Le foyer des mal-logés déménage

William Molinié

— 

Hier, les bénévoles se relayaient pour déménager dans le 12e des cartons.
Hier, les bénévoles se relayaient pour déménager dans le 12e des cartons. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Pas question d'être nostalgique mais les cartons se remplissaient avec nonchalance hier au 24, rue de la Banque (2e), QG emblématique du Droit au logement (DAL), une association de lutte pour les mal-logés. Le DAL déménage demain dans le 12e*, après une occupation de presque cinq ans au terme desquels l'édifice va être requalifié en logements sociaux.

Ministère de la crise du logement
L'histoire de ce lieu, symbole de la lutte contre le mal-logement, remonte au 31 décembre 2006. Le collectif Jeudi Noir, les associations Macaq et DAL investissent cet immeuble inoccupé en plein centre de Paris. Les associations s'autoproclament ministère de la crise du logement et font promettre aux candidats à la présidentielle de faire de la lutte contre le mal-logement une priorité. Cinq ans après et des dizaines de squats médiatisés, 350 familles ont été relogées. La Ville de Paris a racheté pour un montant tenu secret l'immeuble inoccupé qui appartenait à une banque et l'a rétrocédé à Paris Habitat pour en faire 18 logements sociaux et deux commerces. Les travaux devraient commencer lundi. « C'est une belle histoire qui se termine », concède Benoîte Bureau, une militante du DAL. A plusieurs reprises, l'association a ouvert les portes du squat aux sans-abri, pour les héberger le temps d'une nuit. Dernier exemple en date, cet été lorsque des familles et des enfants se sont retrouvés à la rue à cause des coupes budgétaires du Samu Social. « C'est un symbole du mouvement militant et de protestation. Comme quoi, ça peut servir à l'intérêt général puisque ça va être transformé en logements sociaux », se satisfait Jean-Baptiste Eyraud, fondateur du DAL. Le 24, rue de la Banque disparaît, « mais pas la lutte des mal-logés », assure-t-il.