« Ce n'est pas une petite racaille de bac à sable »

— 

Aux Quatre chemins, à Pantin (Seine-Saint-Denis), les proches et amis de Mohamed, soupçonné d'avoir agressé Babu, sont consternés. D'avis unanime, dans le quartier, on décrit ce jeune homme comme un « type discret », loin d'être « une petite racaille de bac à sable ». En situation irrégulière, il est arrivé en France il y a six ans. Originaire de la banlieue du Caire en Egypte, il séjourne de temps à autre chez son ami d'enfance, Gamal, à Pantin et résiderait du côté de Nation. C'est à lui que Mohamed s'est confié, le soir de l'homicide. « Il m'a raconté qu'il avait eu un problème avec des Indiens. Ils étaient six et bourrés et il croyait qu'ils allaient le tuer. Il m'a raconté avoir poussé quelqu'un qui est tombé sur les rails. Il ne savait pas qu'il était recherché par la police », raconte Gamal.
Il tient à nous présenter celui que Mohamed considère comme son père. Mustafa, un ancien fonctionnaire de police d'Alger aujourd'hui restaurateur. Il défend son protégé avec ardeur et est étonné de l'image dressée par les médias. « Babu est mort, c'est très regrettable et ça fait mal au cœur. Mais Mohamed n'est pas un voleur de téléphone portable. Il respecte tout le monde. OK, il est un peu dragueur, mais comme tous les garçons de son âge », poursuit-il. Les amis de Mohamed racontent qu'il travaille sur les marchés de la région parisienne. « Des petits boulots chez un vendeur de lingerie », précise Nidhal, un proche. Arrêté mardi soir à Pigalle (9e), il sortait d'un bar. Il avait l'habitude de traîner sur le terre-plein central du boulevard de Clichy. « Il n'est pas agressif mais son comportement change quand il boit », raconte un gérant de bar du quartier. « Il s'était déjà bagarré dans le coin. Mais jamais rien de très grave. »W. M.