Gennevilliers se met à l'écoquartier

Mickaël Bosredon

— 

ennevilliers (Hauts-de-Seine), sa zone industrielle, son port, ses cités sensibles, et bientôt… son écoquartier. Plutôt connue pour ses barres HLM, la ville du maire PC Jacques Bourgoin vient de lancer le chantier d'un immense écoquartier sur 9 hectares, en centre-ville. « Le plus grand écoquartier d'Ile-de-France », claironne Jacques Bourgoin. Avec 1 700 logements, il devrait accueillir 4 000 habitants d'ici à 2017. Quelques grands noms de l'architecture participent à l'aventure, tel Roland Castro qui érigera un « village vertical ». Une petite tour d'habitation de dix-sept étages, qui entend intégrer une certaine qualité de vie. « Tous les quatre étages, des jardins seront aménagés et seront à partager entre les habitants », explique le maire. Séduisant.

50 % de logements sociaux
Sur le papier, l'écoquartier de Gennevilliers a de l'allure. Pas question de construire un îlot « high-tech » réservé à une certaine classe de la population et coupé du reste de la ville. « Bien sûr, nous avons fait appel aux technologies les plus récentes afin de mettre en place un système de récupération des eaux de pluie pour l'arrosage des espaces publics, une collecte des déchets enterrés, ou encore une chaufferie alimentée par la biomasse. Mais nous avons avant tout souhaité un écoquartier ouvert sur la ville, et accessible à tous. C'est pourquoi 50 % des habitations seront des logements sociaux. » A l'image de la ville, qui possède déjà plus de 60 % de logements sociaux.
Et le travail mené sur ce projet, en gestation depuis trois ans, devrait bénéficier à l'ensemble des habitants. « Le conseil municipal a par exemple adopté un plan circulation douce pour toute la ville dans la foulée de la création de pistes cyclables dans l'écoquartier. » Proche de la station de métro Les Agnettes, il devrait en plus être desservi par une station du futur Grand Paris Express. Cette fois, Gennevilliers n'a pas voulu rater le train de l'aménagement durable.

histoire

ennevilliers regarde devant, mais n'oublie pas son passé. L'écoquartier a été érigé sur l'ancien site industriel Chausson, un des fleurons de la construction automobile et d'autocars dans les années 1960-70. Le groupe a notamment fourni les cars de la RATP. Un hommage a été rendu vendredi soir à cette ancienne gloire industrielle. Aujourd'hui, d'autres entreprises occupent les lieux, comme Prisma Presse et Panasonic.