Les trajets domicile-travail ont la santé

©2006 20 minutes

— 

L'Insee Ile-de-France publie aujourd'hui une étude sur les déplacements domicile-travail dans la région menée entre 1999 et 2003, avec la chambre régionale de commerce et d'industrie. En voici les principales tendances.

n Des déplacements en hausse Entre 1999 et 2003, le nombre de déplacements a augmenté de 13,5 % en Ile- de-France. Par ailleurs, 25 % des salariés franciliens sont employés dans leur commune, contre 24,2 % en 1999.

n Les navettes domicile-travail concentrées sur Paris et les Hauts-de-Seine Ce sont les deux seuls départements d'Ile-de-France où les entrées quotidiennes de salariés sont plus nombreuses que les sorties (voir infographie). Mais l'Insee note « une baisse de l'attractivité de ces deux territoires, au profit de la grande couronne, notamment la Seine-et-Marne et les Yvelines. »

n La Seine-et-Marne de plus en plus attractive Le nombre d'emplois offerts dans ce département a augmenté de 24 % entre 1999 et 2003. « La ville de Mauregard par exemple a multiplié par trois son offre d'emplois », note encore l'Insee. Toutefois le nombre de sorties de salariés reste six fois supérieur à celui des entrées. L'attractivité des Yvelines a aussi augmenté, notamment en faveur des cadres.

n Quelques zones d'emplois très attractives A Evry (Essonne) et Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), il entre plus de salariés qu'il n'en sort. Idem pour la zone de Roissy (Val-d'Oise), qui pèse 3 % de l'emploi régional.

Mickaël Bosredon

La moitié des salariés franciliens « migrants » effectue un trajet d'au moins 11,6 km. Ce sont les cadres qui effectuent les trajets les plus longs : plus de la moitié parcourt au moins 13,6 km, contre 10 km pour les employés.