Galère de trouver sa piaule

Oihana Gabriel et William Molinié

— 

Alors qu'une résidence sociale a été livrée hier dans le 18e, les étudiants poursuivaient leurs démarches à la Cité U.
Alors qu'une résidence sociale a été livrée hier dans le 18e, les étudiants poursuivaient leurs démarches à la Cité U. — A. GELEBART / 20 MINUTES

A Paris, 300.000 étudiants se disputent moins de 4.000 logements destinés à les accueillir. La pénurie de chambres a fait exploser le marché et cette année encore, trouver un toit va être ardu. Selon un baromètre du site location-etudiant.fr, Paris est devenu la ville la plus chère pour loger les étudiants : les loyers des studios ont augmenté en 2011 de 6,06 %, les T2 de 3,85 %. Du coup, le Crous de Paris doit faire face à une file d'attente de plus en plus longue. L'année dernière, le centre a reçu 4 932 demandes correspondant aux critères pour seulement 913 places disponibles. Finalement, seuls 7 % des boursiers parisiens trouvent un logement dans des résidences.

Des efforts de construction
Face à ce retard, la Mairie de Paris s'efforce de construire et de rénover pour enrichir l'offre. « La Ville a financé 6 200 logements pour étudiants sur les 7 800 prévus d'ici à 2014, argumente Didier Guillot (PS), adjoint chargé de la vie étudiante. On rentre dans les années de grande fournée avec huit résidences étudiantes livrées en 2011-2012 et dix l'année d'après. Avec de gros projets dans les 13e et 18e arrondissements, notamment le campus Condorcet. » Et la Cité universitaire pourra construire 1 500 logements de plus dans les prochaines années. « Malgré tout, on ne fera jamais assez tant le retard accumulé est important », prévient Didier Guillot.
Aussi, à défaut de pouvoir tous les loger, la Ville veut exceller dans l'accueil des étudiants. La Mairie vient de créer un espace consacré au logement sur son site Internet* avec des conseils pour éviter les pièges dans le parc privé, une cartographie des différentes résidences et un récapitulatif des aides comme l'allocation Paris logement. Même combat du côté des étudiants étrangers, où la Cité internationale universitaire met en place pour la neuvième année une structure dédiée aux primoarrivants jusqu'au 10 novembre. « Un tiers de nos résidents viennent de Chine, Maroc, Algérie, Tunisie et Sénégal. La Chine est la première nationalité sur le campus. Il faut bien les accueillir pour qu'ils reviennent », estime Carine Camby, déléguée générale de la Cité U.Jusqu'au 30 septembre, Forum du logement étudiant, avenue Bernanos, 5e.
* www.jeunes.paris.fr