Barber : parole de championne contre parole de policiers

©2006 20 minutes

— 

Eunice Barber n'en démord pas : « Ils étaient six, ils étaient dix. Ils ont marché sur mes mains, sur mes cheveux, m'ont tordu les bras. (...) J'étais désespérée et j'ai mordu un policier », a-t-elle déclaré samedi, revenant sur les faits du 18 mars. La championne du monde du saut en longueur reconnaît avoir peut-être mal compris la consigne initiale d'un agent. Mais les policiers, qui l'ont interpellée alors qu'elle empruntait une voie interdite à proximité du Stade de France, n'auraient changé d'attitude qu'en apprenant son identité. « Je voulais qu'on me prenne pour ce que je suis, un être humain », a-t-elle expliqué, annonçant qu'elle avait porté plainte afin de « témoigner pour des individus qui se font tabasser comme ça ».

Les policiers maintiennent qu'elle n'a pas obtempéré. Nicolas Sarkozy a affirmé que les conclusions de l'Inspection générale des services de la police seraient vite rendues.