Les prostituées contre l'insécurité

©2006 20 minutes

— 

Première manifestation de prostituées, samedi, dans les rues de Paris. De la place Pigalle à la rue Saint-Denis, elles étaient entre 100 selon la police et 500 selon les organisateurs à défiler pour « la reconnaissance de leur métier, de leurs droits sociaux et humains ». Leurs slogans allaient de « Ni coupables ni victimes, fières d'êtres putes » à « Vous couchez avec nous, vous votez contre nous ». Cette « pute pride » était organisée par Les Putes, un récent collectif activiste composé d'une quinzaine de « travailleuses du sexe ».

Les manifestants des deux sexes réclamaient avant tout la suppression de la loi Sarkozy de mars 2003. Dite « sur la sécurité intérieure », cette loi rend le racolage passible d'une amende de 3 750 euros, d'une peine de deux mois de prison, et d'un retrait de la carte de séjour pour les personnes étrangères. « Cette loi a renvoyé les filles dans l'insécurité », expliquait Karima, 36 ans, venue de Limoges pour l'occasion. « De peur de recevoir une amende, elles ne vont plus voir les policiers si elles sont violées ou frappées par un client », poursuit la prostituée. Les Putes avertissent que « ce n'est que le début de la révolution et nous la maintiendrons jusqu'à ce que nous gagnions notre guerre contre Sarkozy ».

Le ministère de l'Intérieur a indiqué samedi que 1093 permis de séjour provisoires avaient été délivrés à des prostitué(e)s témoignant contre leur proxénète.