Paris

« On sait bien que les dealers vont se déplacer dans d'autres villes »

Quelques heures après l'annonce de la création d'une section anti-drogue au parquet de Bobigny (lire ci-contre), une table-ronde entre policiers et habitants se tenait hier soir à Sevran (Seine-Saint-Denis), à l'initiative...

Quelques heures après l'annonce de la création d'une section anti-drogue au parquet de Bobigny (lire ci-contre), une table-ronde entre policiers et habitants se tenait hier soir à Sevran (Seine-Saint-Denis), à l'initiative de l'association Graines de France. La mesure du ministre de la justice a été accueillie avec retenue dans la ville. « On sait très bien que les dealers vont se déplacer dans d'autres communes limithrophes. Et notamment Aulnay-sous-Bois où les trafics vont repartir », croit savoir un collaborateur du maire, Stéphane Gatignon (EELV). « C'est une réponse politique donnée dans l'urgence. Dans les faits, on ne peut que souhaiter que ça fonctionne », souligne Yannick Danio, porte-parole du syndicat de gardiens de la paix, SGP-Unité-Police. Pour Miloud, 33 ans, habitant de Sevran, la polémique du maire sur la présence de l'armée dans les cités relève de la communication. « C'est bien, il a centré les intérêts des journalistes et des politiques sur Sevran. S'il faut passer par là pour changer les choses, tant mieux pour nous », souligne-t-il.W. M.