à Paris, les marchandises prennent l'eau

Mickaël Bosredon

— 

13 % du fret se fait par voie fluviale.
13 % du fret se fait par voie fluviale. — PORTS DE PARIS

Un hôtel logistique desservi par voie d'eau. Ports de Paris, Établissement public dépendant des ministères du Transport et de l'Environnement, veut créer dans Paris, en bord de Seine au niveau du port d'Austerlitz, une plateforme qui servirait à l'entreposage des marchandises dans l'attente de leur livraison dans la capitale. Ports de Paris a lancé un appel d'offres, qui s'achève le 4 juillet, portant sur la rénovation des anciens magasins généraux d'Austerlitz, créés au début du 20ème siècle pour « favoriser les échanges entre fer et fleuve » rappelle Ports de Paris. Réservés à des usages de bureaux et de parkings par la suite, ils « seront réhabilités dans leur fonction historique ». L'exploitation est prévue pour 2014.

Un convoi fluvial peut économiser 200 camions
Ce nouveau site, le premier d'une telle importance dans Paris, doit permettre d'atteindre les objectifs du Grenelle de l'Environnement qui visent à augmenter d'ici à 2012 de 25 % la part des transports alternatifs. A ce jour, seuls 13 % des livraisons dans la capitale se font par voie fluviale. Or, un convoi fluvial de 5 000 tonnes permet d'économiser 200 camions de 25 tonnes, « et donc autant de CO2 en moins » explique Ports de Paris. Le transport de marchandises représente en France 25 % des émissions totales de CO2. Rien qu'en Ile-de-France, un million de livraisons et d'enlèvements sont réalisées chaque jour.
Une fois que les bateaux auront déchargé leurs cargaisons, essentiellement des conteneurs en provenance du Havre, « l'idée est d'effectuer les livraisons dans la capitale avec des véhicules non polluants, type électrique » poursuit l'établissement public.

Tendances

Traditionnellement le transport fluvial se focalise essentiellement sur le secteur du bâtiment et des travaux publics (granulats…) et des déchets. Mais depuis quelques années il se tourne de plus en plus vers les conteneurs.