des rues smart et en réseau

Hélène Colau et Oihana Gabriel

— 

Utile, écolo, design et innovant. Voilà les critères auxquels devait répondre le mobilier urbain intelligent proposé à la Mairie de Paris dans le cadre d'un appel à projet. Les quarante prototypes retenus, présentés hier, seront prochainement testés dans la ville (lire encadré). « Le mobilier urbain intelligent utilise de nouveaux matériaux, les nouvelles technologies, est transformable, multifonction et s'inscrit dans une ville durable, affirme Jean-Louis Missika, adjoint (PS) chargé de l'innovation, de la recherche et des universités. Nous avons sélectionné les plus réalisables et innovants. On pourra puiser dans cette boîte à idées pour les futurs chantiers. C'est difficile d'exprimer sa créativité quand on s'inscrit dans un appel d'offres. Pour minimiser les ris­ques, on choisit parfois des concepts plus traditionnels qu'ambitieux. Cette fois, des start-ups et des écoles de design ont participé. » Sélection de sept projets.
1 Souple. Un potelet lumineux

et élastique pour la circulation
Le cassage de tibia sur potelet pourrait devenir de l'histoire ancienne grâce à X-last, une balise dans une matière révolutionnaire. Une société espagnole, développe ces bornes nouvelle génération à la fois rigides pour empêcher les voitures de se garer et élastiques pour éviter les blessures pour les malvoyants et cyclistes. Pour plus de visibilité et prévenir d'un danger, ces potelets peuvent être lumineux et de couleurs flashy.

2 Arty. La réalité augmentée

à tous les coins de rue
Les bornes d'Artspot (photo), qui pourront par exemple être installées dans des parcs, repèrent les promeneurs équipés d'un Smartphone. Ils peuvent alors y visualiser leur environnement en réalité augmentée. Comprendre : le paysage transformé par les soins d'un artiste ou d'une personnalité. Des sculptures peuvent ainsi virtuellement pousser dans la pelouse ou le paysage changer de couleur.

3 Gourmand. Une champignonnière urbaine
Cultiver les pleurotes en plein Paris… et avec du café ! Cédric Péchard a monté un concept osé, celui d'une champignonnière urbaine, qui verra le jour dans la capitale vers septembre 2011. « Les déchets deviennent la matière première d'autres cultures, résume Cédric Péchard. Les restaurateurs nous alimenteront en marc de café. Ce résidu sera mélangé avec des germes de champignons et à la fin on aura des pleurotes prêts à cuisiner. »
4 Confortable. Des hamacs wi-fi pour une pause branchée
« Reliance urbaine » allie confort et discrétion. Ces hamacs en filets de chalut seront testés sur les Champs-Elysées. « A Paris, il y a plein de poteaux qui bouchent la vue et ne servent à rien, explique Naraghi Mehrnoush, la conceptrice. Je voulais quelque chose de transparent, qui s'adapte à la forme du corps. Les gens se les approprient tout de suite. » A terme, les poteaux seront équipés du wi-fi, pour rester connecté même pendant la sieste.
5 Connecté. Une escale numérique dans la ville.
Besoin de s'asseoir, de travailler sur Internet ou tout simplement de recharger son portable ? Ce sera bientôt possible en pleine ville avec les « Escales numériques » proposées par JCDecaux. Chaque siège pivotant sera équipé d'une tablette et d'une prise. Des « décodeurs urbains », sortes de Smartphones géants, seront aussi mis à la disposition de tous. Des diodes électroluminescentes éclaireront le tout la nuit.
6 Commode. Des détecteurs

de places de stationnement
La société SmartGrains va installer des capteurs de véhicules sur certaines places de stationnement. « 30 % du trafic à Paris est lié à la recherche de place, souligne Aymeric Puech de SmartGrains. C'est comme si vous jetiez de l'essence dans le caniveau. » Parksense pourra informer les conducteurs sur les places libres et proches. Les capteurs détectent la présence ou l'absence d'automobile, diffusent l'information et alimentent une carte qui évolue en temps réel, téléchargeable sur les Smartphones.

7 Lumineux. Un éclairage

urbain intuitif
« Petit Poucet » porte bien son nom. Ces empreintes en forme de patte d'oiseau encastrées dans le sol s'enclenchent lorsqu'on passe à proximité. Elles s'allument et s'éteignent sur son passage. Pratique et économe en énergie.

calendrier et budget

Ces prototypes seront installés de juillet à décembre 2011 et testés par les Parisiens pendant six mois ou un an en 2012. Ils pourront donner leur avis sur un site dédié sur le portail www.paris.fr. Question financement, ce sont les sociétés qui mettent la main au portefeuille. Les prototypes de start-ups peuvent néanmoins bénéficier d'une aide de la Mairie, plafonnée à 30 000 €.