Place de la Sorbonne, les bouquins se fripent

© 20 minutes

— 

Lente agonie pour la Librairie des PUF, place de la Sorbonne. A la fin février, elle cédera sa place à Delaveine, une enseigne de vêtements bon marché pour hommes. La maison d’édition des Presses universitaires de France (PUF) avait vendu le commerce en 1999 à Gibert, qui s’en est lui-même défait en 2004 au profit d’un éditeur. Cette librairie fondée en 1920 a été rebaptisée Place de la Sorbonne puis L’univers du livre, tout en restant la « Librairie des PUF » dans l’esprit de ses habitués. Déjà, son sous-sol a fermé ses portes. Dans les 450 m2 de rayons, les dix-huit derniers salariés doivent composer avec des radiateurs d’appoint. A la « belle époque », dans les années 1980, 70 vendeurs fourmillaient dans ce sanctuaire de l’édition française. La fin de cette librairie représente « une perte culturelle considérable » pour Françoise Larrere. A la caisse depuis seize ans, elle relate, les yeux embués, « la lente dégradation du quartier ». Employé depuis 1966, Michel Albenque met en cause, lui, « la délocalisation des étudiants en 1er cycle dans les années 1990. Depuis, le quartier Latin s’est dénaturé, envahi par les banques, les friperies et les fast-foods ». La photocopie et Internet auraient aussi eu raison de la librairie historique. Aurélie Onillon