Le Francilien fait une halte

Hélène Colau

— 

Il devait révolutionner les transports dans la région. Mais le Francilien, le train de banlieue ultramoderne arrivé sur la ligne H en décembre 2009, connaît défaillance sur défaillance. Si bien que les livraisons ont été suspendues jusqu'à ce que le constructeur, Bombardier, trouve des solutions.

Bugs électroniques
C'est en fait le rodage des trains qui se prolonge indéfiniment, en raison de nombreux bugs électroniques. Conséquence pour les usagers de la ligne H, des retards et annulations à répétition. « C'est d'autant plus rageant que cette ligne fonctionnait bien avant, analyse Yves Boutry, de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports. Les défauts de jeunesse du Francilien auraient dû être résolus avant. Les voyageurs servent de cobayes, ils subissent des trains courts aux heures de pointe et des suppressions aux heures creuses. » Car la SNCF a retiré de la circulation d'anciens trains pour faire place aux nouveaux, qui ont eux pris du retard à la livraison. Vingt-deux rames sont pour l'instant en service, dix-huit de moins que prévu. Si bien que la SNCF a été contrainte de rappeler quatre anciens trains en renfort.
« Les livraisons devraient reprendre dans quelques semaines, assure Jean-Paul Huchon, le président du Stif, l'autorité organisatrice des transports. Bombardier a recruté une quarantaine d'ingénieurs pour travailler sur les défauts du Francilien. D'ici à juin, le retard sera rattrapé et les 172 rames seront bien en service en 2015. » Il a également demandé à la SNCF et à Bombardier, lors d'une réunion ce lundi, de réfléchir à une indemnisation des usagers (lire encadré). Malgré tout, Jean-Paul Huchon réaffirme sa confiance en ce « train du futur » : « Les spécifications techniques du Francilien restent bonnes, même si ce train est dépendant de l'électronique, ce qui allonge le temps de rodage. »

Indemnisation

Elle pourrait se monter à quinze jours voire un mois d'abonnement pour les voyageurs de la ligne H, selon Jean-Paul Huchon. Elle serait prise en charge par la SNCF et par Bombardier.