Paris

La Coupole expose ses mythes

Un soupçon de nostalgie souffle sur Montparnasse. A l’aube de ses 80 ans, La Coupole expose une cinquantaine de clichés noir et blanc retraçant son « âge d’or ». Hier soir, la brasserie parisienne conviait ses meilleurs clients à un vernissage privé. « Au

Un soupçon de nostalgie souffle sur Montparnasse. A l’aube de ses 80 ans, La Coupole expose une cinquantaine de clichés noir et blanc retraçant son « âge d’or ». Hier soir, la brasserie parisienne conviait ses meilleurs clients à un vernissage privé. « Au départ, c’était comme d’accrocher nos tableaux de famille. Face à l’engouement du public, on a sorti une plaquette et organisé cette soirée », explique le directeur du restaurant, Jean-Marie Riberpray. Entièrement rénovée en 1988 après son rachat par le groupe Flo, La Coupole a retrouvé son éclat d’origine. Les seize piliers peints par de grands artistes du Montparnasse des années 1930 ont été nettoyés, les luminaires d’époque réédités... Mais lors des travaux, la terrasse et le boulodrome du 1er étage ainsi que la fontaine centrale ont été supprimés. On ne voit plus les scènes excentriques d’antan : Kiki dansant nue dans le bassin en fin de soirée, Dali déjeunant avec ses panthères ou Giacometti peignant dans un coin toute la journée. On n’y danse plus l’après-midi, mais, plus classiquement, certains soirs. Et les rendez-vous galants de vieilles dames et jeunes hommes sont désormais rangés dans les légendes. Le restaurant, classé Monument historique, voit encore défiler le Tout-Paris des arts, de la politique et des affaires. Le midi, la salle est pleine d’habitués venant notamment profiter de la formule express à 15 e. Parmi eux, beaucoup de retraités, dont certains regrettent le bouillonnement d’antan. « La brasserie reste un lieu de brassage », selon le directeur. Nommé responsable du patrimoine historique des brasseries Flo – un poste unique dans la restauration –, Georges Viaud reste quant à lui gardien de l’esprit des lieux. Cet ancien chef de rang assure que « si les tables pouvaient parler, elles raconteraient le rôle de la Coupole dans l’histoire de l’art du xxe siècle ». Sophie Caillat 102, bd du Montparnasse (14e). Exposition gratuite à l’intérieur du restaurant jusqu’au 20 avril.