Paris veut rendre son campus plus visible

Hélène Colau

— 

Un moyen de rivaliser avec les grandes universités américaines ? La Ville a en tout cas décidé de redonner une unité à ses universités, afin de les rendre « plus visibles ». Après une première réunion de concertation sur l'aménagement du campus de Paris, hier, un appel d'offres va être lancé dans les mois qui viennent afin de recruter un architecte urbaniste conseil. Il devrait remettre ses recommandations au premier trimestre 2012.

De plus en plus éclaté
Sa mission : donner une réalité physique à l'idée d'un « Grand Quartier latin ». Avec environ 300 établissements d'enseignement supérieur et 300 000 étudiants, Paris est déjà une grande ville universitaire. Mais les établissements n'étant plus regroupés dans le seul Quartier latin depuis longtemps, ça ne se voit pas toujours. Cet éclatement va se poursuivre, avec le développement de pôles universitaires à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et l'ouverture prévue en 2016 du campus Condorcet, entre Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et la porte de la Chapelle (18e). Comment faire pour unifier des lieux d'études, des bibliothèques, des résidences étudiantes et des équipements sportifs parfois distants de plusieurs kilomètres ? Première piste évoquée : recourir à une dénomination unique, telle que « Paris campus ». Ensuite, reste à créer une unité géographique. Pour cela, plusieurs aménagements de l'espace public sont envisagés. D'abord, « relier » les sites entre eux en mettant en place une nouvelle signalétique et des services numériques de localisation. « Les étudiants doivent pouvoir s'orienter et passer d'un site à l'autre avec leur smartphone », rappelle Jean-Louis Missika, adjoint (PS) au maire de Paris chargé de l'innovation, de la recherche et des universités. Des lieux de travail conviviaux, comme des workcenters équipés du wi-fi, ont aussi été évoqués. Dernier volet à l'étude : des événements artistiques ou culturels (lire encadré) qui permettraient aux étudiants « de mieux se rencontrer et se divertir ». Afin de conserver cet esprit « Quartier latin », qui continue d'attirer chaque année des dizaines de milliers d'étudiants étrangers.

événementiel

Des inscriptions sur le sol pourraient rendre hommage aux grands penseurs et savants qui sont passés par les universités parisiennes. Lors d'événements tels que la Nuit blanche ou Paris en toutes lettres, des projections lumineuses pourraient être réalisées sur les façades des universités.