Des habitants partagés sur l'arrivée de la brigade de quartier

— 

Hier matin, la nouvelle de cette brigade dédiée à Belleville (11e) animait les discussions des habitants. Si le marché des biffins est depuis quelques mois une question récurrente, les Bellevillois se sentent plutôt en sécurité. « Il n'y a aucun problème de violence, affirme Hamdi. Mais j'ai peur que la présence permanente de policiers ne fasse augmenter les conflits. » Pour Sara, l'urgence n'est pas de déloger les marchés. « Ce qui me gêne, c'est la prostitution et les dealers. Mais je n'ai jamais eu de problème ici. » Michel vit dans le quartier depuis 30 ans et ne voit pas d'un bon œil cette arrivée. « La nouvelle brigade n'empêchera pas la misère. Ces Africains essaient de survivre avec ou sans papier. »
Mais Jojo, boucher depuis 35 ans, pense que « c'est un bienfait. Nous avons signé des pétitions en ce sens et nous sommes prêts à financer un endroit où ces policiers pourraient agir sans gêner la population. L'arrivée des biffins a fait rejaillir le racisme et a dégradé l'image d'un quartier qui a déjà une fausse mauvaise réputation. »Oihana Gabriel