Vidéosurveillance: Les commissariats parisiens passent à la vitesse supérieure

SECURITE Les forces de l'ordre auront bientôt accès à plus de 13.000 caméras...

P.B.

— 

Un policier parisien devant des écrans de contrôle d'un système de vidéosurveillance.
Un policier parisien devant des écrans de contrôle d'un système de vidéosurveillance. — REUTERS/C.PLATIAU

Souriez, Parisiens, vous êtes filmés. La phase active du «plan de vidéoprotection pour Paris», ou «plan 1.000 caméras», a démarré, révèle le Figaro. Les travaux pour relier les 20 commissariats d'arrondissement de la capitale au système ont commencé il y a quelques jours.

>> Lire notre reportage sur «Les yeux de la police parisienne» ici

La police parisienne aura non seulement accès à 1.000 caméras de vidéosurveillance installées pour l'occasion, mais également aux 10.000 présentes dans les transports d'Ile-de-France et à 2.000 privées (Forum des Halles, Stade de France, Printemps, etc). Au total, un peu plus de 13.000 caméras. On est encore loin de Londres, qui en compterait, selon certaines estimations, jusqu'à 500.000.

Images stockées pendant un mois

Les images filmées pourront être conservées pendant un mois sur les disques durs de la police parisienne. Au-delà de l'aspect «Big Brother», dénoncé par plusieurs associations locales, certains élus, notamment à Lyon, ont à plusieurs fois remis en question l'efficacité de tels systèmes.

La police ne dispose en général pas de suffisamment de main d’œuvre pour garder un œil sur toutes les caméras. Reste alors la solution adoptée en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, avec des sites Web mis en place pour que les citoyens puissent donner un coup de main en signalant tout comportement suspect.