Après Vélib', Paris révolutionne les transports en commun avec Autolib'

TRANSPORT Le premier système au monde de voitures électriques en libre-service a été dévoilé ce jeudi...

Alexandre Sulzer

— 

La voiture de Bolloré sera fabriquée à Turin (Italie), les batteries le seront en Bretagne.
La voiture de Bolloré sera fabriquée à Turin (Italie), les batteries le seront en Bretagne. — DR

Autolib', petit cousin du Vélib' en version quatre roues, a été présenté jeudi à la presse. C'est le groupe Bolloré qui a été retenu pour gérer ce nouveau service.

C'est quoi le concept exactement ? Il s'agit d'un système de voitures électriques en libre-service. Une première mondiale. Les voitures retenues sont des véhicules quatre places fabriqués en Italie par Bolloré. Leur autonomie annoncée est de 250 km. Contrairement à un système classique d'autopartage, il n'est pas nécessaire de réserver sa voiture à l'avance ni de la rendre à l'endroit où on l'a prise. Comme pour le Vélib'.

Où trouvera-t-on des Autolib' ? Dans Paris et dans les quarante communes de proche banlieue qui ont adhéré au syndicat mixte Autolib'. Ce nombre devrait augmenter dans les mois qui viennent, selon la Ville de Paris. Parmi les grands absents : Montreuil, Ivry, Clichy-la-Garenne ou encore Saint-Denis… La liste complète des communes est accessible sur www.autolib-paris.fr. Au total, 3 000 véhicules seront mis en service dans 1 000 stations, dont 700 à Paris. La majorité sera en voirie, d'autres dans des parkings souterrains.
Quand ? Dès octobre prochain, le système sera mis en place pour un déploiement complet prévu au printemps 2012. Bolloré devra payer des pénalités en cas de retard.

Combien ça coûte ? Il faut s'abonner et avoir un permis de conduire. Pour un abonnement annuel (12 € par mois), la première demi-heure coûte 5 €, la deuxième 4 €, les suivantes 6 €. Pour un abonnement hebdomadaire (15 €), la première demi-heure coûte 7 €, la deuxième 6 €, les suivantes 8 €. Mêmes tarifs horaires pour l'abonnement journalier à 10 €. Les familles ou même des colocataires bénéficient d'une réduction de 10 %. La franchise est de 500 € en cas d'accident responsable (ramenée à 250 € après six mois). Les abonnés à la semaine ou à la journée voient la franchise ramenée de 500 à 250 € s'ils acceptent de payer 2 € de plus à la location.

Concrètement, comment ça fonctionne ? Il faut au préalable s'abonner dans un espace Autolib'. Il y en aura un à deux par ville et par arrondissement. 800 agents sur le terrain expliqueront le fonctionnement de la voiture. L'abonné se voit remettre une carte nominative qui permet de démarrer le véhicule avec un code secret. Il peut réserver une voiture vingt minutes maximum avant le départ par Internet, par téléphone ou à la station. Il peut également réserver une place à l'arrivée pour une durée de 90 minutes après le moment de la réservation. Le véhicule est considéré comme rendu lorsqu'il est rebranché à la borne. Si le véhicule est en mauvais état lors de sa prise en main, l'abonné peut le signaler grâce à une radio intégrée à la voiture.

Quel est le modèle économique ? Les collectivités mettent 50 millions d'euros au pot. Le reste est assumé par Bolloré, qui attend un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros sur douze ans et 200 000 utilisateurs annuels. Le risque de vandalisme est assumé jusqu'à 3 000 € par voiture et par an. Bolloré prend à sa charge toute perte de chiffre d'affaires jusqu'à un résultat négatif de 60 millions d'euros. « La prise de risque pour la Ville est politique, dit une élue. Elle est financière pour Bolloré. » Qui espère faire d'Autolib' une vitrine technologique.