Après la neige, le verglas bloque la région

William Molinié

— 

Dans la nuit de mardi à mercredi, la neige a recouvert la capitale (en haut), paralysant la circulation sur le réseau francilien. Si bien que plusieurs milliers d'automobilistes se sont retrouvés bloqués et ont dormi (en bas à g.) dans des bâtiments réquisitionnés. Pendant ce temps-là, des riders testaient la poudreuse aux Buttes-Chaumont (19e).
Dans la nuit de mardi à mercredi, la neige a recouvert la capitale (en haut), paralysant la circulation sur le réseau francilien. Si bien que plusieurs milliers d'automobilistes se sont retrouvés bloqués et ont dormi (en bas à g.) dans des bâtiments réquisitionnés. Pendant ce temps-là, des riders testaient la poudreuse aux Buttes-Chaumont (19e). — F. TENE

Après une nuit de pagaille historique, plusieurs milliers de Franciliens tentaient toujours hier en milieu de journée de regagner leur domicile ou leur voiture. En début de soirée, les poids lourds ont pu reprendre la route dans certains départements, fluidifiant quelques axes, même si la circulation restait difficile dans toute la région. Dans les airs, environ 20 % des vols ont été annulés au départ des aéroports franciliens. Côté transports en commun, ils fonctionnaient presque normalement hier soir. Sauf les bus où le trafic restait majoritairement suspendu en banlieue et sur les lignes 333 et Montmartrobus à Paris, selon la RATP.

Les poids lourds reprennent la route. Vers 15 h, la préfecture de police de Paris (PP) a levé l'interdiction de circulation sur les autoroutes , A 5, A 10, A 12 et A 13. « Heureusement. Car si demain, on n'est pas approvisionné, ça va se voir dans les rayons », confie-t-on dans un supermarché de La Défense (Hauts-de-Seine). La N 118 entre les Ulis (Essonne) et Vélizy (Yvelines) restait fermée aux poids lourds. Un axe sur lequel des milliers d'automobilistes ont été pris au piège avant-hier. Au centre commercial Vélizy 2, près de 1 300 personnes y ont passé la nuit. « Il y avait beaucoup d'enfants en bas âge. Une vraie chaîne de solidarité s'est mise en route », raconte Emmanuel Zeller, le directeur d'un hypermarché.

Les urgences parisiennes saturées. Victimes collatérales du verglas sur les trottoirs, l'activité était « dense » hier aux urgences des établissements de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). « A 14 h, on avait reçu 148 patients depuis minuit. Alors qu'on ne dépasse jamais les 200 en 24 heures. Ce sont surtout des soucis orthopédiques : chutes, traumatismes crâniens, foulure », témoigne une chef de service à l'hôpital Bichat (18e).

La situation s'améliore aujourd'hui. L'Ile-de-France n'est plus en « vigilance orange  », selon un bulletin de Météo France. « La situation va s'améliorer progressivement », assure la direction des routes. Mais la neige au sol, le regel de la nuit et la présence de brouillards givrants pourraient ce matin perturber la circulation. Surtout dans les Yvelines, qui semblaient, hier, être le département le plus touché par l'épisode neigeux. La préfète a d'ailleurs maintenu « pour une durée indéterminée » l'interdiction de circulation des transports scolaires.