Les Franciliens aiment leur qualité de vie

Hélène Colau

— 

64 % des Franciliens sont « fiers » du PSG (ci-dessus : le Parc des Princes).
64 % des Franciliens sont « fiers » du PSG (ci-dessus : le Parc des Princes). — HALARY / SIPA

Qu'ils en soient originaires ou non, 75 % des Franciliens aiment leur région. C'est ce que montre un sondage réalisé en novembre pour le magazine Stratégies, dans le cadre de son « tour de France de l'image des régions ». Bien qu'honorable, ce score est le plus mauvais des treize régions traitées pour l'instant, loin des 98 % de la Bretagne.

Région d'adoption
Cet attachement relativement faible s'explique peut-être par le fait que l'Ile-de-France reste une région d'adoption : seuls 54 % des sondés disent y avoir toujours vécu, 32 % s'étant installés pour poursuivre une activité professionnelle. Mais quand on leur demande de noter leur qualité de vie, 65 % accordent 8/10 ou plus à l'Ile-de-France, l'un des meilleurs scores du pays. Parmi les villes les plus appréciées figurent Paris, « attractive » (70 %) et « bien située » (60 %). Mais aussi Versailles (Yvelines), que 70 % des personnes interrogées trouvent attractive, ou Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), « dynamique » pour 51 % des sondés. Les mauvais élèves sont Bobigny (Seine-Saint-Denis), que seuls 18 % des Franciliens qualifient d'« attractive », et Nanterre (Hauts-de-Seine, 22 %). Enfin, la région n'est pas footballistiquement chauvine : si 64 % des sondés se disent « fiers » du PSG, ils ne sont que 14 % à s'avouer supporters.